Article sur les Bachès dans Libération.

Livres, articles ou document, et liens de sites traitant des agrumes.

Article sur les Bachès dans Libération.

Messagepar Sylvain » 19 Nov 2013, 08:14

Article des Bachès dans Libération:
http://next.liberation.fr/food/2013/11/15/zeste-d-amertume-dans-l-agrume_947420

Zeste d’amertume dans l’agrume

Elvire von BARDELEBEN Envoyée spéciale à Eus 15 novembre 2013 à 21:36

Image
Cédrat des Bachès. (Photo G. Bartoli. Divergence)

A Eus, dans les Pyrénées-Orientales, Michel Bachès cultive des fruits rares qu’il fournit aux grands chefs. Pourtant, il a l’impression de défendre une cause perdue.

La question de l’utilité du travail quand on est agriculteur ne se pose pas souvent. Sauf peut-être à Eus, dans les Pyrénées-Orientales. «J’ai besoin de savoir si le mal qu’on se donne sert à quelque chose», confesse Michel Bachès, pépiniériste et agrumiculteur. Son épouse et collègue, Bénédicte, tempère : «Il est un peu amer en ce moment.» Elle accuse l’âge - Michel a 60 ans, la retraite en ligne de mire - de le rendre anxieux. Le couple nous reçoit dans son mas sombre, encombré de babioles. On devine que ce n’est pas là qu’ils passent leur temps, mais un peu plus loin, dans les serres vertes, vivifiées de taches roses, jaunes ou orange, où ils font pousser près de 1 500 variétés d’agrumes différentes.

Après la banane, les agrumes sont les fruits les plus mangés au monde. Ceux des Bachès ne se trouvent pas dans le commerce. Ils n’ont ni clémentine ni orange. Mais possèdent ceux au nom exotique dont on hésite sur l’orthographe. Comme le kumquat, l’agrume idéal : sans pépin, il se mange tout entier, avec la peau tendre, légèrement amère, qui équilibre la chair plus acidulée. Ou les combavas, des citrons verts à la peau grumeleuse, dont l’écorce dégage une odeur de citronnelle et libère une huile essentielle quand on la frotte. Quand ce n’est pas l’appellation qui surprend, c’est le contenu : le citron caviar ressemble à une petite saucisse dont la peau marron abrite des perles croquantes vieux rose au goût d’abord citronné, auquel s’ajoute une étonnante pointe de réglisse. Et puis les pomélos japonais, de spectaculaires soleils jaunes de 30 centimètres de diamètre, sans engrais, bien entendu.

«Micromarché». Avec leur production restreinte (une vingtaine de tonnes par an sur un hectare) et coûteuse, les Bachès ne peuvent vendre aux particuliers et fournissent leurs produits à des restaurants de qualité. «Notre mission est de proposer un micromarché de produits différents, qu’on cultive différemment. On devrait être payés par l’Etat !» remarque Bénédicte.

Leur credo, c’est la diversité. Ils parcourent l’Asie et l’Amérique du Sud, font le tour des centres de recherche, ramènent des échantillons, des graines, procèdent aux greffes (30 000 par an). Ils le concèdent, faire un hectare de yuzus (sorte de citrons japonais) serait moins fatigant et plus rentable. «Mais quel ennui !» Une de leur serre abrite 300 variétés de citrons caviar issues de greffes, dont ils ignorent pour l’instant quel sera le résultat, car il faut au moins cinq ans à l’arbre pour produire des fruits. «Avec les mutations, le ratio est simple : pour cent merdes, tu découvres une perle»,explique Bénédicte, dont le moral n’a pas l’air affecté par ce constat.

La facilité n’est pas leur tasse de thé et l’emplacement qu’ils ont choisi ressemble à un défi : Eus est plus proche des Pyrénées que de la Méditerranée, le climat y est rude, brûlant l’été, glacé l’hiver - alors que les agrumes, nés en Asie du Sud Est, se développent mieux dans des climats tropicaux ou chauds (en France, leur culture est concentrée en Corse). Mais Michel Bachès est attaché à la région : il y est né et a repris les terres de son père arboriculteur en 1982. Dix ans plus tard, Bénédicte, alors comédienne à Paris, l’a rejoint. Ensemble, ils décident de se spécialiser dans les agrumes. Si le froid force à faire des frais en conservant tous les arbres sous serre, il n’en possède pas moins deux avantages : l’absence de soleil débarrasse les fruits de leur chlorophylle - donc de leur teinte verdâtre - pour faire exploser les ors, topazes et grenats ; et il permet d’espacer la récolte.

«Bombe atomique». A Eus, un pomélo peut rester deux ans sur sa tige. Laisser le fruit mûrir fait partie de la technique d’expérimentation : son goût change constamment, il peut passer de l’acide au sucré, «se transformer en miel», s’enthousiasme Michel, chez qui l’euphorie cède vite la place à l’agacement. «L’agrume est utilisé comme un condiment et ne constitue pas le cœur de la cuisine, alors les chefs ne prennent pas la peine de venir ici pour tester les différences ! Ils commandent toujours la même chose.»

La star nippone étoilée Toru Okuda (qui vient d’ouvrir le restaurant Okuda à Paris), par exemple, exige du sudachi (sorte de citron) qu’il soit vert, car c’est ainsi qu’il est consommé au Japon. «Mais quand il est mûr, orange, là, c’est de la bombe atomique !» s’emporte Michel. Il évoque également les chefs qui ne comprennent pas leur logique productrice et demandent «une tonne de yuzus pour la semaine suivante alors que c’est [leur] production annuelle». Les Bachès travaillent avec une poignée de fidèles, dont ils apprennent à connaître les goûts ; ils ont créé des agrumes pour William Ledeuil (Ze Kitchen Galerie) ou Pascal Barbot (L’Astrance).

Mais le sentiment d’être incompris et d’œuvrer seuls pour une cause perdue persiste. «Même eux sont frileux, explique Michel. On leur propose un partenariat pour qu’ils financent une partie des arbres qu’on plante pour eux… et ils hésitent à investir. Forcément, c’est cher et le rendement est long. C’est à se demander pourquoi on fait ça.» Remettant sans cesse en question le sens de leur travail, isolés dans leur jungle impressionniste des Pyrénées, les Bachès sont peut-être moins agriculteurs qu’artistes.

Elvire von BARDELEBEN Envoyée spéciale à Eus
Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 20 Oct 2007, 17:28
Localisation: Bergerac

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar Paf » 19 Nov 2013, 08:57

Une envoyée spéciale très spéciale.
1500 variétés, ça me semble un petit peu exagéré mais ça n'est là qu'une des niaiseries de l'article.
Florilège de l'article :
Ils n’ont ni clémentine ni orange

Comme le kumquat, l’agrume idéal : sans pépin

Et puis les pomélos japonais, de spectaculaires soleils jaunes de 30 centimètres de diamètre, sans engrais, bien entendu.

procèdent aux greffes (30 000 par an).
(Plus de production depuis plus de deux ans)
Une de leur serre abrite 300 variétés de citrons caviar issues de greffes
300 ? Tanaka n'avait qu'à bien se tenir !
Elvire von BARDELEBEN Envoyée spéciale à Eus
:lol: :lol:

Le titre de ce sujet devrait plutôt être "Article sur les Bachès" par contre.
Sinon, je trouve le ton de l'article condescendant et je m'interroge sur la portée de celui-ci : à qui s'adresse t-il ?
Avatar de l’utilisateur
Paf
Vilain Pamplemousse
 
Enregistré le: 10 Sep 2007, 17:54
Localisation: Provence & Gironde

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar coo » 19 Nov 2013, 10:54

entièrement d'accord
j'ai vraiment beaucoup aimé le 'sans engrais bien entendu' :lol:
Avatar de l’utilisateur
coo
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 23 Jan 2010, 09:04
Localisation: martigues (13)

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar yuzu » 19 Nov 2013, 13:21

merci d'avoir partagé, je voulais justement le lire.
Avatar de l’utilisateur
yuzu
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 04 Avr 2009, 19:18
Localisation: Bordeaux

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar Sylvain » 19 Nov 2013, 13:23

Il y a aussi la photo du cédra.
Mais je ne leur en veux pas car j'ai eu souvent affaire à la presse, et parfois on se demande comment ils ont pu pondre un truc aussi différent de ce qu'on a dit.
Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 20 Oct 2007, 17:28
Localisation: Bergerac

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar THEMISTRAL7 » 19 Nov 2013, 17:51

Au delà des erreurs de retranscription de la journaliste, il faut analyser la véritable amertume des Bachès.
Ces agriculteurs sont de vrais professionnels de l'agrumiculture et nous avons acheté pour la plupart d'entre nous des plants de qualité à leur exploitation sur des PG (poncirus) de qualité avec un indice de satisfaction élevé sauf pour la partie communication (courriel).
Il y a quelques années, ils ont choisi de diversifier leurs activité sur une niche gastronomique qui s'avère aujourd’hui décevante sur le plan commercial mais ce qui transparait surtout dans l'article c'est l'absence de reconnaissance et pas seulement du monde de la gastronomie...
C'est dommage, car leur contribution est importante sur le plan scientifique. Nous aimerions tous récupérer les notes des Bachès concernant les tests d'hybridation et les résultats de leurs recherches. Il est toujours temps pour eux de travailler avec des instituts de recherches (ci ce n'est pas déjà fait) afin de gagner la véritable reconnaissance, celle du monde scientifique.
Avatar de l’utilisateur
THEMISTRAL7
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 03 Fév 2013, 19:40
Localisation: Besse sur issole (entre Brignoles et le Luc en Provence)

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar Paf » 19 Nov 2013, 18:37

Les Bachès sont-ils amers et si oui, est-ce de cela exactement ?

Je ne pense pas. Ils sillonnent le monde, participent à des congrès, donnent des conseils et font découvrir les fruits aux plus grandes maisons. Peut-être regrettent-ils l'évolution de l'horticulture, du monde agricole tout simplement...

Cette journaliste, qui ne fait pas même l'effort de retranscrire correctement des échanges, participe selon moi à la mise en sourdine du monde agricole et à la distanciation qui s'opère.
Tant de fioritures, tant d'effets, alors qu'il suffisait de partager simplement l'histoire et l'expérience d'un couple passionné et passionnant.
Avatar de l’utilisateur
Paf
Vilain Pamplemousse
 
Enregistré le: 10 Sep 2007, 17:54
Localisation: Provence & Gironde

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar foufouche » 19 Nov 2013, 18:52

Je ne sais que penser de ce genre d'article...si c'est la réalité, ça me désole mais je ne peux pas croire ça :roll:

Ca me fait penser à un agriculteur de mon coin, maïsiculteur, il gagne selon lui mal sa vie à 6k le mois avec un patrimoine foncier et immobilier assez important....et tout le monde s'en fout de son maïs, il sert à rien :lol: C'est dur ur la vie en pick up.
Avatar de l’utilisateur
foufouche
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 19 Avr 2011, 23:11
Localisation: coeur des Landes

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar Sylvain » 19 Nov 2013, 19:12

Comme il l'a déjà souvent dit, son amertume vient de ne pas trouver un successeur digne de l'exploitation.
Cette sensation est malheureusement banale quand on vieilli.
Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 20 Oct 2007, 17:28
Localisation: Bergerac

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar Agnel13 » 19 Nov 2013, 20:25

THEMISTRAL7 a écrit:. Il est toujours temps pour eux de travailler avec des instituts de recherches (ci ce n'est pas déjà fait) afin de gagner la véritable reconnaissance, celle du monde scientifique.

Le 8 MAI 2013 ,Mr Bacches ,ma confié etre rémunéré par l' INRA pour des tests sur la triploidie et autres...Dont je ne me rappelle plus :cry: car j'étais sur un "petit nuage" devant "ses" Yuzus"
Avatar de l’utilisateur
Agnel13
Pétiole ailé
 
Enregistré le: 05 Aoû 2010, 11:59
Localisation: Venelles

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar Oli » 21 Nov 2013, 18:23

Sylvain a écrit:Comme il l'a déjà souvent dit, son amertume vient de ne pas trouver un successeur digne de l'exploitation.
Cette sensation est malheureusement banale quand on vieilli.


Exactement. J'en ai discuté avec lui cet été.
Et je ne peux que comprendre et partager ce sentiment, mal traduit par la journaliste, lorsqu'il se dit que le travail de toute sa vie va disparaître ...
On protège en France un peu tout et n'importe quoi, mais pas ce type d'exploitation qui devrait en fait devenir un conservatoire ...

Mais personne parmi vous/nous ne veut se lancer non plus ... et pourtant il a déjà demandé à l'un ou l'autre ...
Avatar de l’utilisateur
Oli
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 08 Sep 2010, 20:08
Localisation: près de Metz - Zone 7

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar yuzu » 21 Nov 2013, 20:55

Oli a écrit:Mais personne parmi vous/nous ne veut se lancer non plus ... et pourtant il a déjà demandé à l'un ou l'autre ...


Il faudrait quelqu'un qui débute dans sa vie professionnel, car difficile quand ont a une famille, une maison... de tout plaquer. Même si ça fait mal de voir tout ça disparaître :?
Avatar de l’utilisateur
yuzu
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 04 Avr 2009, 19:18
Localisation: Bordeaux

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar foufouche » 21 Nov 2013, 22:53

Trouver quelqu'un de passionné, jeune, (dont la compagne serait banquière), assez fou pour se lancer dans l'agriculture, qui plus est dans ce domaine de niche...

Il risque de rester amer longtemps... :?
Avatar de l’utilisateur
foufouche
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 19 Avr 2011, 23:11
Localisation: coeur des Landes

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar arti » 22 Nov 2013, 07:31

Bonjour très intéressant ,à prendre et en laisser , à la force d ' en attendre parler , j ' avais prévu l ' année prochaine un voyage dans leur département et leur rendre visite ,tiendrons t - ils jusque- là et je trouverais dommage la disparition de ces passionnés d ' agrumes , A +
Avatar de l’utilisateur
arti
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 12 Mai 2013, 09:22
Localisation: Au sud de l'AIN

Re: Article des Bachès dans Libération.

Messagepar Oli » 22 Nov 2013, 08:35

Oui oui a priori ils seront encore là l'année prochaine ...
Avatar de l’utilisateur
Oli
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 08 Sep 2010, 20:08
Localisation: près de Metz - Zone 7

Suivante

Retourner vers Documents divers, sites internet

 


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : dddemars et 1 invité