Georges Couderc - agrumes résistants au froid en Ardèche

Livres, articles ou document, et liens de sites traitant des agrumes.

Re: Georges Couderc - agrumes résistants au froid en Ardèche

Messagepar arashi » 11 Nov 2013, 12:22

Il est quand-même question de sélections de semis les plus résistants
au gel de variétés "commerciales", ou alors je n'ai rien compris.
Avatar de l’utilisateur
arashi
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 13 Sep 2009, 09:20
Localisation: Ardèche sud 8b

Re: Georges Couderc - agrumes résistants au froid en Ardèche

Messagepar jm » 17 Nov 2013, 11:59

arashi a écrit:Il est quand-même question de sélections de semis les plus résistants
au gel de variétés "commerciales", ou alors je n'ai rien compris.


Ce qui semble notable pour lui ou les rédacteurs des articles d'après les conclusions :
-L'intérêt du PT en PG pour la résistance au froid.
-La possibilité de l'utiliser pour créer des hybrides.
-L'intérêt du satsuma au nord de la zone de l'oranger.
Ce qui est déjà bien pour l'époque

En revanche, ses semis ne sont pas marquants dans ses conclusions. Ce qui ne veut pas dire qu'ils étaient sans intérêt (on a l'exemple de la Juanita).
Il peut y avoir plusieurs explications :
- ils n'étaient pas aussi résistants qu'il le croyait ;
- ils ont été détruits par des gels exceptionnels et non sauvegardés ;
- ils auraient pu gêner l'économie des départements d'Algérie en créant une concurrence en zone méditerranéenne métropolitaine.
- l'agrumiculture en métropole n'aurait jamais pu être compétitive face à l'agrumiculture en Algérie (coût de la main d'œuvre)

Il serait certes intéressant de retrouver ces variétés, mais abandonnées depuis 100 ans dans un champ ça semble improbable.

Par contre, une description détaillée de ses protocoles et expériences serait passionnante pour les reproduire.
Avatar de l’utilisateur
jm
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 23 Nov 2007, 15:14
Localisation: Gironde

Re: Georges Couderc - agrumes résistants au froid en Ardèche

Messagepar THEMISTRAL7 » 17 Nov 2013, 20:05

jm a écrit:Ce qui semble notable pour lui ou les rédacteurs des articles d'après les conclusions :
-L'intérêt du PT en PG pour la résistance au froid.
-La possibilité de l'utiliser pour créer des hybrides.
-L'intérêt du satsuma au nord de la zone de l'oranger.
Ce qui est déjà bien pour l'époque.

- Tout d'abord, le domaine de prédilection de Georges Couderc (1850-1928) est la vigne, il ne s'est intéressé aux agrumes que sur la fin de sa vie, il décède en 1928, soit peu de temps pour expérimenter des recherches sur des agrumes dont la période juvénile est importante.
Il est également important de comprendre l'environnement économique et politique de cette époque pour situer le cadre de ses recherches.
- Les publications datent des années 20, soit au sortir de la première guerre mondiale à un moment où la vie en France et en Ardèche est particulièrement difficile, la France est exsangue, sans parler de l'impact de la grippe espagnole qui à décimé de nombreuses personnes en Ardèche comme dans le reste de la France. (A titre d'information, une branche de la famille Couderc moins fortunée vivait à Sablières et ne subsistait aux hivers rigoureux qu'en mangeant des châtaignes). La culture des agrumes restait plus que confidentielle à cette époque où à Noel les enfants recevaient une mandarine comme cadeau.
- Ses expérimentation étaient réalisées en Ardèche qui est bien loin de la zone de l'Oranger, sans les moyens financiers d'Universités Américaines et du secteur de l'agrumiculture dont à pu bénéficier des chercheurs américains plus illustres.

En dépit de tous ces facteurs, sa contribution reste importante dans les domaines suivants : hybridation - acclimatation -sélection de semis...
Je pense que ceux qui ont lu les articles ont du être surpris que Satsumas, Citranges et Poncirus faisaient l'objet de recherches au début du 20 siècle dans l'Ardèche alors que les satsumas ne sont dans les jardineries que depuis moins de 10 ans.
Quels sont les chercheurs qui ont pris la relève entre 1930 et 1958, date de création du centre de recherches de San Giuliano ? Alors ce n'était pas seulement "bien pour l'époque" mais totalement avant-gardiste.

Je pense que si l'un d'entre nous parviens à trouver une mandarine issue de semis pouvant résister à un -14°, cet arbre méritera bien de porter le nom de ce chercheur qui aurait surement été un membre actif d'Agrumes Passion à la section des rustiques.
Avatar de l’utilisateur
THEMISTRAL7
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 03 Fév 2013, 19:40
Localisation: Besse sur issole (entre Brignoles et le Luc en Provence)

Précédente

Retourner vers Documents divers, sites internet

 


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité