Jardin du Palais Carnolès

Pour parler de tout et de rien...

Re: Jardin du Palais Carnolès

Messagepar geongu » 19 Déc 2016, 23:46

Image

exemple de panneau présent devant chaque arbre.
Avatar de l’utilisateur
geongu
Petit baliveau
 
Enregistré le: 07 Oct 2016, 00:22

Re: Jardin du Palais Carnolès

Messagepar Chrisb » 22 Déc 2016, 17:41

Bonjour
J'ajoute quelques photos prisent lors d'un passage à Menton, les ouvriers m' ont donné un sac poubelle pour me servir :D
Image
Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Chrisb
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 19 Mai 2016, 12:58
Localisation: Belgique & Le Muy(Var) Avatar Pamplemoussier xChris

Re: Jardin du Palais Carnolès

Messagepar Sylvain » 22 Déc 2016, 18:27

C'est assez spectaculaire!
Avatar de l’utilisateur
Sylvain
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 20 Oct 2007, 17:28
Localisation: Bergerac

Re: Jardin du Palais Carnolès

Messagepar geongu » 22 Déc 2016, 20:33

j'espère être présent la prochaine fois :wink: avec plusieurs sacs :lol:
Avatar de l’utilisateur
geongu
Petit baliveau
 
Enregistré le: 07 Oct 2016, 00:22

Re: Jardin du Palais Carnolès

Messagepar aghuk » 23 Déc 2016, 09:15

Sylvain a écrit:C'est assez spectaculaire!


En voyant ces images, je me sent un maure décrit par St Exupéry dans "terre des hommes" .
Allez un peu de litterature ce matin :

Nous étions là-bas en contact avec les Maures insoumis. Ils émergeaient du fond des territoires interdits, ces territoires que nous franchissions dans nos vols ; ils se hasardaient aux fortins de Juby ou de Cisneros pour y faire l’achat de pains de sucre ou de thé, puis ils se renfonçaient dans leur mystère. Et nous tentions, à leur passage, d’apprivoiser quelques-uns d’entre eux.

Quand il s’agissait de chefs influents, nous les chargions parfois à bord, d’accord avec la direction des lignes, afin de leur montrer le monde. Il s’agissait d’éteindre leur orgueil, car c’était par mépris, plus encore que par haine, qu’ils assassinaient les prisonniers. S’ils nous croisaient aux abords des fortins, ils ne nous injuriaient même pas. Ils se détournaient de nous et crachaient. Et cet orgueil, ils le tiraient de l’illusion de leur puissance. Combien d’entre eux m’ont répété, ayant dressé sur pied de guerre une armée de trois cents fusils : « Vous avez de la chance, en France, d’être à plus de cent jours de marche… »

Nous les promenions donc, et il se fit que trois d’entre eux visitèrent ainsi cette France inconnue. Ils étaient de la race de ceux qui, m’ayant une fois accompagné au Sénégal, pleurèrent de découvrir des arbres.

Quand je les retrouvai sous leurs tentes, ils célébraient les music-halls, où les femmes nues dansent parmi les fleurs. Voici des hommes qui n’avaient jamais vu un arbre ni une fontaine, ni une rose, qui connaissaient, par le Coran seul, l’existence de jardins où coulent des ruisseaux puisqu’il nomme ainsi le paradis. Ce paradis et ses belles captives, on le gagne par la mort amère sur le sable, d’un coup de fusil d’infidèle, après trente années de misère. Mais Dieu les trompe, puisqu’il n’exige des Français, auxquels sont accordés tous ces trésors, ni la rançon de la soif ni celle de la mort. Et c’est pourquoi ils rêvent, maintenant, les vieux chefs. Et c’est pourquoi, considérant le Sahara qui s’étend, désert, autour de leur tente, et jusqu’à la mort leur proposera de si maigres plaisirs, ils se laissent aller aux confidences.

« Tu sais… le Dieu des Français… Il est plus généreux pour les Français que le Dieu des Maures pour les Maures ! »

Quelques semaines auparavant, on les promenait en Savoie. Leur guide les a conduits en face d’une lourde cascade, une sorte de colonne tressée, et qui grondait :

« Goûtez » leur a-t-il dit.

Et c’était de l’eau douce. L’eau ! Combien faut-il de jours de marche, ici, pour atteindre le puits le plus proche et, si on le trouve, combien d’heures, pour creuser le sable dont il est rempli, jusqu’à une boue mêlée d’urine de chameau ! L’eau ! À Cap Juby, à Cisneros, à Port-Étienne, les petits des Maures ne quêtent pas l’argent, mais une boîte de conserves en main, ils quêtent l’eau :

« Donne un peu d’eau, donne…

– Si tu es sage. »

L’eau qui vaut son poids d’or, l’eau dont la moindre goutte tire du sable l’étincelle verte d’un brin d’herbe. S’il a plu quelque part, un grand exode anime le Sahara. Les tribus montent vers l’herbe qui poussera trois cents kilomètres plus loin… Et cette eau, si avare, dont il n’était pas tombé une goutte à Port-Étienne, depuis dix ans, grondait là-bas, comme si, d’une citerne crevée, se répandaient les provisions du monde.

« Repartons », leur disait leur guide.

Mais ils ne bougeaient pas :

« Laisse-nous encore… »

Ils se taisaient, ils assistaient graves, muets, à ce déroulement d’un mystère solennel. Ce qui coulait ainsi, hors du ventre de la montagne, c’était la vie, c’était le sang même des hommes.

Le débit d’une seconde eût ressuscité des caravanes entières, qui, ivres de soif, s’étaient enfoncées, à jamais, dans l’infini des lacs de sel et des mirages. Dieu, ici, se manifestait : on ne pouvait pas lui tourner le dos. Dieu ouvrait ses écluses et montrait sa puissance : les trois Maures demeuraient immobiles.

« Que verrez-vous de plus ? Venez…

– Il faut attendre.

– Attendre quoi ?

– La fin. » Ils voulaient attendre l’heure où Dieu se fatiguerait de sa folie. Il se repent vite, il est avare.

« Mais cette eau coule depuis mille ans !… »

Aussi, ce soir, n’insistent-ils pas sur la cascade. Il vaut mieux taire certains miracles. Il vaut même mieux n’y pas trop songer, sinon l’on ne comprend plus rien. Sinon, l’on doute de Dieu…
Avatar de l’utilisateur
aghuk
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 24 Sep 2014, 12:39
Localisation: Auriol(13), terrains à Barjols (83) et Jonquieres (30)

Re: Jardin du Palais Carnolès

Messagepar geongu » 14 Mar 2017, 23:34

photo datant du samedi 11 mars 2017. Vente flash des fruits du Jardin de Carnolès et du jardin communal de la Casetta

Fort du succès de l'an passé, le service des Parcs et jardins de la Ville organise de nouveau une vente d'agrumes, le week-end cette fois afin de satisfaire le plus grand nombre ! Vous êtes donc attendus nombreux, samedi 11 mars, au Palais de Carnolès, dès 10h, et jusqu'à épuisement des stocks, pour profiter des cédrats, pomelos, oranges et citrons, issus des jardins du Palais de Carnolès et de la Casetta, à partir de 2.5€ le kilo.
Le véritable citron de Menton IGP sera également proposé à la vente, à 4.5€ le kilo en catégorie 1 et 6€ en catégorie extra.
Attention : venez avec la photocopie d'une pièce d'identité et d'un justificatif de domicile (un titre de paiment vous sera envoyé ultérieurement.) Et si vous n'êtes pas disponible ce samedi, une nouvelle vente se fera le 25 mars prochain.


selon les cr , les visiteurs pouvaient aussi faire l'achat des fruits proposés.

il ne sagit pas de la vente des fruits issus de la fête du citron, mais des fruits de Menton.

Image

Image
Avatar de l’utilisateur
geongu
Petit baliveau
 
Enregistré le: 07 Oct 2016, 00:22

Re: Jardin du Palais Carnolès

Messagepar Chrisb » 15 Mar 2017, 07:59

Merci pour l'info Geongu, je garde la date en tête :wink:
Et pour les photos !

:D
Avatar de l’utilisateur
Chrisb
Pétale batifolant
 
Enregistré le: 19 Mai 2016, 12:58
Localisation: Belgique & Le Muy(Var) Avatar Pamplemoussier xChris

Précédente

Retourner vers Le Bistrot

 


  • Sujets en relation
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité